Les vendredis soirs

0 Biographie,personal,Standing Up  |   April 10, 2015  |     1346

Qu’est-ce que vous faites de vos vendredis soirs vous autres? Moi, je le passe en thérapie, parce que ça me prends 2-3-4 jours avant de redevenir complêtement fonctionnel et que je ne peux pas me permettre la thérapie le mardi .. ou même le jeudi. Je ne travaillerais pas ben ben.

Donc je passe mes vendredis soir à replonger dans les événements de mon enfance, ce soir c’était les événements de mort. C’était d’avoir la tête dans un sac de plastique, je me le rapelle transparent mais je peux pas vraiment vous dire. Je me rapelle de vomir dedans, ce moment quand tu te fais étouffer ou mettre la tête dans l’eau, ou juste avant de perdre connaissance tu vomis. Et que là, j’avais du vomis plein la face, collé partout, et que c’était dégueulasse. Et ces moments avant, ou je déborde d’aggressivité, la mienne et celle de ceux qui s’en donne à coeur joie sur mon corps, avec leurs grosse mains, leurs gros pénis; tout était gros pour moi. J’était assez petit. Un peu trop jeune…

Ce vendredi je suis allez chez le thérapeute sur une note assez légère, je vous cacherai pas que j’ai hâte de vivre des moments légés. Très légés. Ultra légés, de voler! Mais lui sa job c’est de faire le ménage comme il faut, et contrairement à tous les psychologues et psychiatres de ce monde il a les bons outils en main pour le faire. Et donc on est partit sur une note de tristesse, je suis triste, pour moi, d’avoir perdu toutes ces années de ma vie, et pour ma mère qui .. ne bougera sûrement pas. Elle vient de se réenterrer solide là. Je suis triste pour ma soeur, qui reste sous le voil du mensonge du paternel qui l’empêche de vraiment avancer. Ça me rend triste parce que je les aime et qu’ils vont sûrement continuer à tourner en rond.

Et je me suis ramassé assez rapidement dans les moments APRÈS avoir repris connaissance, mon cerveau si disfonctionnel, embubés, embrouillé par l’alcool, je dans une létargie à rendre dépressif même un fantôme millénaire. Perdu, pris, à ne pas pouvoir vivre; à ne pas pouvoir m’épanouïr, à avoir peur de faire quelque chose qui causerait que ça recommencera, et je sais très bien que ça va recommencer. Quand ces émotions montent pendant la semaine j’ai des envies de suicide; mais c’est devenu des envies de suicide légé, comme si le suicide c’était d’une beautée étoilée, joviale et drôle, ou pour causer du remord à mon père ou ma mère. Même si c’est évident que mon père ne connaitrait aucun remord.

Là.. tout se passe bien. Je veux dire, je vais bien. Il y a ces émotions-là, qui quand elles remontent, me dérange, brouille ma vision et mes idées, mais c’est pas exactement désespérant comme avant. Je n’ai plus ces émotions de culpabilité, de peur, d’avoir aucune valeur. c’est déjà incroyable; bon j’ai mal à l’anus de façon presque régulière, des fois ça monte tellement que je sais plus ou me mettre, ni quoi faire, je finis souvent sur le bol à attendre que ça passe. Je sais pas pourquoi la toilette me réconforte, mais ça me réconforte légèrement; juste assez pour que j’arrête de capoter.

Et donc, en suivant ses doigts pour le mouvement occulaire, je suis revenu tranquilement aux moments entre la vie et la mort. Et à avant, juste avant, le vomis dans la face ou le mélange de vomis, d’excréments et de sang plein les narines, on aurait dit que ça montait jusque dans mes sinus. Et le sac, le souvenir si clair du sac, et dans mon ventre ça fait tellement mal, ça ne veut pas bouger de là, ça ne veut pas que ça monte, toutes ces émotions comprimés. WTF!

Là je pue, je sens.. l’insécurité, avoir eu peur à mourrir, passer quelques moments entre la vie et la mort. Par-ci, par-là. Le temps arrête, je dois vous avouer ne me rappeler d’aucun tunnel. Mais bon, ça veut pas dire que ça m’est pas arrivé!

Et avant, l’avant de l’avant, le moment ou tu te dis, CALISSE ILS VONT-TU ARRÊTE DE M’ENCULER. J’avais beau être saoul mort, j’avais beau avoir vomis mes trippes, je me souviens. JE ME SOUVIENS. Ça doit venir de là la plaque d’immatriculation du QUÉBEC. L’abus sexuel c’est si commun ici. ON SE SOUVIENT DE QUAND VOUS NOUS AVEZ ENCULÉ CALISSE.

Pis voilà.

Comments

Leave a Reply