Épisode Nelson – I

0 personal  |   May 21, 2007  |     519

Bonjour à tous,

bien que je ne suis plus en voyage outremer, les aventures se poursuivent! Alors je me suis dit que pourquoi pas… je pourrais bien partager ce dernier chapitre avec vous. J’en ai envie et puis je m’offre le temps. Alors voici:

Depuis dimanche soir je dors chez un inconnu. Je connais son nom: Marc. Il a hérité de beaucoup d’argent lors de la mort de ses parents; d’une maison d’une vingtaine de chambres, d’une foule d’antiquités. Son père était connu dans le monde de l’aviation; il a oeuvré dans l’armé et ensuite dans le privé. Il a acheté un manoir à Nelson à une minute du centre-ville; dans une côte. Le terrain doit faire 3 acres, dont 1.5 acres sont aménagés. Il est complêtement entouré d’arbres matures, et bien que le bruit nous rappele souvent qu’on est proche de la ville on se sent en campagne. La maison est de pierre, doit contenir une dizaine de pièces, de haut plafons, céramique, comptoirs en marbre (et quel beau marbre avec mille et un reflêts et des couleurs que j’avais jamais vu dans un comptoir en marbre auparavant). Bref je suis confortable, je dors dans une chambre au 3ième étage, de là je vois le lac Kootenay et j’apperçois quelques toîtures de magasins de la ville. Je dors jusqu’à .. 11h am. Et chaque matin je me surprends de dormir si tard; faut dire que j’ai toujours eu une tendance à être oiseau de nuit plutôt que matinal; je suppose que cela se perpétue.

Je partage la maison avec Diane, une amie qui est dans la quarantaine. Diane je la connais depuis un peu plus de 6 mois, c’est une sportive, une québécoise très sympathique et hyper sensible, que la plupart des gens ne saisissent pas bien. Faut dire qu’avant de passer ces trois jours avec elle, moi non plus je ne la comprenais pas très bien. Elle change d’idée si facilement, se laisse emporter si facilement. Mercredi passé on devait aller à Vancouver elle et moi; je voulais m’acheter une Jetta TDI que j’ai trouvé sur internet et elle voulait aller se procurer son Passeport. Parait que la file pour l’obtention du passeport est outrageuse, on doit se présenter à 4h du matin pour être le premier en ligne.. il parait.

Le plan c’était de partir mercredi vers 18h. Durant la journée je suis allé visité Diane à son travail chez ROAM (un magasin de sport à Nelson), et à chaque visite elle changeait d’idée: je viens, je viens pas, je viens.. À 4h je lui dit que là je devais m’enligner, parce que l’autobus part à 17h, et que j’avais donné rendez-vous à Adam pour essayer son auto dans la matiné de Jeudi. Bref, je pris l’autobus. Diane elle est comme ça, elle change toujours d’idée, et en même temps elle le dit bien: elle fait des plans mais ne se commet jamais, au cas ou sa destinée voudrait qu’elle fasse autre chose finalement.

C’est un peu le standard ici à Nelson. Les gens sont ‘flakys’. Mina disait que la pire job devait être secrétaire dans un bureau de dentiste! Le quart des gens sont en retard, l’autre quart ne se pointe pas.

Dimanche soir, alors que je marchais vers le camping de Nelson à 23h, je croisai Diane dans la rue; elle me demanda si j’avais acheté ma voiture finalement. Je lui confirmai, et je suis content! Sur l’autoroute je fais 800 kilomètres sur un plein, soit +/- 40 litres de diésel. J’ai fait de la côte ouest de l’état de Washington jusqu’à Nelson avec un seul plein, et ça inclu un détour d’une quarantaine de kilomètres pour aller visiter Cathedral Lakes près de Keremeos en Colombie Britannique.

Oui, je suis content de ma voiture! Diane me demande ensuite ou je vais, je lui dit que j’allais au camping; elle me dit pourquoi tu viens pas avec moi porter les films. D’accord, après tout, aller poiroter seul dans ma tente ça ne m’excitait guère, cela faisait 2 jours entiers que je m’évadais de ma réalité dans mon livre intitulé ‘Ilium’ de Dan Simmons. Vraiment bon livre en passant; pour les amateurs de science fiction du moins. On marche vers le magasin vidéo, et je lui raconte mon aventure depuis mon départ de Nelson en autobus le mercredi précédent:

—-

Je pris l’autobus de 17h, qui était en retard d’une heure. Mon plan était simple: me rendre à la station d’autobus qui accoste vers 5h30 du matin. Dormir sur un banc ou dans un parc jusqu’à 9h, téléphoner à Adam pour fixer un rendez-vous. Il m’avait dit la veille qu’il viendrait me cueuillir au centre-ville et qu’on irait voir l’auto ensemble. La dit auto c’est une Jetta TDI 1991 et elle a 400,000km. Il demande 2,500$. D’expérience je sais que les moteurs de volks ça ne meurt pas; et encore moins un moteur Diésel. Ma jetta 1991 est morte sur l’autoroute en direction de Jay Peak, elle avait près de 350,000 kilomètres. Comme j’étais de retour aux études je ne pouvais plus investir d’argent pour l’entretenir, et du coup le système électrique a surchauffé, de la fumée est sortie du tableau de bord et Charlie est mort. Charlie est mort

L’annonce sur internet ne contenait pas les détails sur le kilométrage de la voiture. Moi j’ai vu Jetta TDI 1991, avec une photo qui décris bien l’état: super bonne état. Aucune rouille, et Adam a retaper presque toute la mécanique de la voiture lui-même. Nouvelle transmission, freins, suspension.. bref je téléphone. C’est à ce moment qu’il me dit qu’il a reçu plus de 40 courriels pour l’auto, et que peut-être son prix est trop bon. Je lui demande pour le mileage, il me dit qu’elle a 400,000 kilos. Je m’arrête.. je ne sais pas quoi penser.. Ça me parait un bon deal, mais 400,000 kilos!! C’est énorme. J’hésite de longue minutes au téléphone, zigzaguant dans mon discour pendant que je pense à tout ça. Finalement je me dis pourquoi pas.. Je peux aller la voir, rien à perdre. Sinon à Vancouver il y a 500 annonces par jour pour des voitures d’occasion sur Craigslist.org, alors j’en trouverai une autre si ça fait pas l’affaire. Je confirme à Adam que j’arriverai là le lendemain matin. Moi j’avais pas penser aller à Vancouver, mais une amie du nom de Diane m’avait convaincu le matin même qu’on pourrait y aller ensemble.. partir mercredi soir. La même Diane qui s’est désistée mercredi après midi!

Le premier autobus a un sérieux problème de transmission. Lorsque le chauffeur passe vers une vitesse inférieure, ça grince là-dedans et parfois il met une minute complête avant de réussir à trouver le bon endroit avec le bras de vitesse. Dûr de dormir dans ces moments. Je prends mon livre, Ilium. J’ai tenté par deux fois de le lire auparavant, mais la vie est toujours pleine d’aventures et je trouve pas le temps de lire. Je lis une bonne centaines de pages, au bout de 20 pages je suis complêtement emporter par l’histoire. Dan Simmons c’est vraiment un bon conteur. Je dormis deux heures, de 10h à minuit, en boule sur les deux bancs qui sont miens. Vers minuit on nous réveille et on nous dit de changer d’autobus. Je sors, trouve un banc dans l’autre autobus auprès d’une dame (j’apprendrai plus tard que son nom est Sherry), et ressort sitôt de l’autobus pour aller pisser. À ma sortie des toilettes je vois mon autobus qui s’apprête à démarrer.. Je sors, je tape sur la porte, à ce moment il avait commencé sa marche arrière. Le chauffeur me laisse embarquer en m’engueulant: ‘How come you’re not on the bus!’, je lui dit que je suis allé pisser. Ça a passé proche! Toutes mes affaires se seraient retrouvés à Vancouver sans moi, et puis moi je serais resté pris à Kelowna; un endroit ou on ne veut pas rester pris.

Sherry se sent soulagé de me voir monter sur l’autobus. Elle avait tenté d’alerter le chauffeur, mais il s’en foutait. Je crois que notre autobus était sérieusement en retard et tout le monde avant hâte de partir. Bref.

Sherry et moi on discutera de minuit à 3h. Au début c’est elle qui parle, et elle parle très vite. Moi j’articule juste assez pour la garder aller, je pose une question ici, et par là. Je m’exclame.. tandis que je suis 70% endormis. Elle finit par piquer ma curiosité et au bout d’une demi-heure je suis compêtement réveillé. Moi qui a une grosse journée ou deux devant moi, moi qui ai super mal dormis la veille dans le salon de Shannon, une amie de Nelson. Je me suis gelé le cul, comme on dit. Shannon se décrit comme “la mère de quelqu’un”, elle dit avoir passé un examen pour un club d’intellectuels (on doit avoir un Q.I. de plus de 130 ou 140), elle dit avoir un Q.I. de 141. Elle a été modèle et a voyagé à travers le monde, elle a habité à londres par trois fois, une fois pour vivre avec un ‘rock star’. Elle me déballe sa vie, me raconte plein d’anecdotes. Mais aujourd’hui c’est une technicienne en dessin de bâtiment, ou une aide architecte si vous préférez. Elle habite dans un immeuble financé par l’état et fait fasse à un sérieux problème de ‘black mold’ (je sais pas comment dire en français!!) du au niveau d’humidité de Vancouver. Sa fille qui est première de classe, tousse du sang en conséquence au problème.

Je lui ferai de nombreuses suggestions, dont une est de filmer tous les visites des inspecteurs et propriétaires pour les utiliser contre eux plus tard. Elle est emballée par ma suggestion.

Plus tard je dormirai un moment, un heures peut-être avant d’arriver à Vancouver. Il est 5h30 du matin.. j’ai.. mal dormis. 2 nuits de suite et ce sera pas la dernière! Je tente de dormir sur un banc dans la station d’autobus, les bancs sont en bois avec séparation légère pour diviser chaque place, qui me rentre dans les côtes quand je m’allonge de côté; bref loin d’être confortable. De plus, après m’être assoupi 15 minutes, le gardien de sécurité vient me réveiller pour me dire que les règles ne me permettent pas de dormir! Il est 5h45, on est .. 4 dans la station d’autobus et j’ai pas le droit de dormir?!? Je lui dit que je suis pas sans-habris! que j’attends que la ville se lève avant de bouger, que j’ai voyagé toute la nuit.. et s’excuse mais répète que c’est le réglement. Fait chier… je vous jure.. Sa boss, une autre garde de sécurité, vient l’appuyer en me disant que de toute façon si je m’endors quelqu’un viendra voler mon bagage! Je lui dit que je ne me fais jamais rien volé, (ce qui est vrai; knock on wood..).

Finalement je change de banc, je trouve un banc plus isolé; hors de vue. Et je m’endors à coup de 15 minutes, 30 minutes.. jusqu’à 8h15. J’en ai marre d’attendre alors je prends le téléphone et je rejoins Adam. Il me dit qu’il a encore beaucoup à faire.. et qu’il viendra me prendre vers 9h30. Je sors dehors, je trouve un beau banc dans un parc au soleil (on annonce 20 degrés à Vancouver et ensoleillé) et je dors jusqu’à 9h15. Je me réveille tranquilement, et je regarde autour de moi. La ville s’est bel et bien réveillé, une droguée (la drogue, spécialement l’héroïne est un gros problème à Vancouver) vient me demander de l’argent.. les pigeons mangent de la main de la dame assise sur le banc en face de moi. Soudain j’entend un klaxon, je me retourne et je reconnais la Jetta qui passe sur la route adjacente à la station d’autobus. Je sais pas comment, mais Adam il m’a reconnu. Probablement à mon sac à dos (toujours le même sac que je trimbale depuis le début de mon voyage.. le 20 janvier. Toujours le même linge aussi que je porte depuis le .. 20 janvier. Je suis parti avec 3 pars de caleçons, 3 paires de bas, 2 paires de pantalons, 3 chandails et 2 paires de shorts. Je vous jure que j’en ai marre de porter toujours le même linge).

Je monte dans la voiture. Adam est.. grand. Un colosse. On engage une converstation qui durera plus de 4 heures avec très peu de poses. Il est intéressant, il est marginal mais c’est pas écris en gros sur son front. Il n’a pas d’emploi fixe… après 15 ans passé dans un bureau il a décidé de vivre sa vie à sa façon, il est célibataire, patenteux, débrouillard et a beaucoup vécu. Il rêve de partir en thailande, alors je lui raconterai des bouts de mon voyage; des histoires de lady-boys, de plages, de voile. Je suis fort heureux d’avoir fait la rencontre d’Adam, je suis encore plus heureux d’acheter l’auto de lui. Yves Poiré croit que quand on achète un produit, on achète de quelqu’un; on achète une histoire. Cette fois, j’ai définitivement pris le temps de connaître l’homme de qui j’ai acheté l’auto et je suis content de contribuer à la réalisation de ses rêves. L’auto est dans un état superbe. Il a effectivement 404,000 kilos, mais la peinture reluit toujours, l’intérieur a été complêtement refait à partir d’une autre jetta, elle est très propre. Tous les petits trucs fonctionnent, même les boutons pour ajuster les mirroirs latéraux. On se dirige vers le ‘storage’ à Adam pour récupérer quelques trucs. Adam a 2 camions (un 3 tonnes et un genre de 10 roues) dans lequel il stocke ses trucs. Il a aussi un bateau, un Jeep Cherokee qui roule au propane, une seconde Jetta en décombe (il l’a pillé pour réparer celle que j’acheterai). Le tout est à Richmond, en banlieu de Vancouver, sur un terrain sur lequel est érigé une maison qui ne tiendra pas longtemps le coup. Elle est vraiment en état de délabrement avancée, on dirait que ça fait 40 ans qu’elle est laissée sans entretien. Il y a de la mousse partout sur le toit, le bois est pourri, les cadres de fenêtres vont tomber des murs.. c’est pas impressionnant. Adam m’informe que lui a seulement accès au terrain et un ami utilise la maison comme atelier; c’est un artiste. Il habite la maison avec sa femme et son enfant.

J’informe Adam que j’aimerais faire vérifier la voiture par un mécanicien avant de l’acheter. On se dirige vers un mécano qu’il connait vaguement. Le mécano passe l’auto à la loupe pendant 1h et trouve quelques défauts mineurs (lumières de positionnement de brûlés, pompe à liquide pour essuis glace ne fonctionne pas, amortisseur arrière qui coule légèrement et aura besoin d’amour d’ici 6 mois…) et un majeur: l’antigel coule à la sortit du moteur. Je demande à Adam de payer la réparation de la fuite d’antigel et je lui informe que j’achète la voiture. On est content les deux. L’auto d’après le mécano durera encore longtemps, il me dit que les moteurs diésel ça dure encore plus longtemps que ceux à gaz et rajoute que peut-etre la ‘head gasket’ a déjà été changée.

On se dirige vers BMO, et ensuite vers un bureau d’ICBC (Insurance Corporation of British Columbia.. genre de SAAQ). On fait le tranfert de propriété, on déclare la transaction à 1,000 dollars pour m’éviter de payer trop de TPS et finamelent je paie les assurances et l’auto est à moi. Je prends le volan et on se redirige à son storage. On fait le changement de plaques, me donne les clés. Il est près d’une heure de l’après-midi et j’ai toujours pas déjeuné. Le seul restaurant dans la station d’autobus était un McDo, et j’avais pas du tout envie.

Autre élément de mon plan était de passer à Seattle pour récupérer mon équipement de camping et le rack Thule pour vélo qui sont dans l’Auto à Mina, dans un entrepôt. Le contrat est au nom de Mina, alors je lui ai demandé quelques jours auparavant de leur téléphoner pour signaler que j’allais passer récupérer mes trucs. J’avais pas reçu de réponse de Mina avant mon départ, mais j’espèrais.. Je pris donc le volan pour Seattle. Je ne savais que vaguement ou j’étais: à l’est de vancouver. Je devais prendre une autoroute vers le sud donc.. et je croisai la 91 je crois, que je pris direction sud. Après 2 kilomètres une pancarte indiquait la distance avant Seattle; j’étais sur la bonne route. Quel coup de change!

J’arrive aux douanes américaines. La fil me dit.. 20 minutes. Ça va. Je veux manger une fois traversé.. et j’ai vraiment faim! Il n’y avait rien d’intéressant en chemin sauf un autre McDo et compagnie. J’arrive finalement au guichet du douanier. Il me demande ou je vais, je lui dit Seattle. Il me demande ce que je vais faire là-bas: je lui dit que je vais chercher des trucs personnels qui sont dans un entrepôt, il me demande pourquoi j’ai des trucs en storage à Seattle. Je lui explique que le vingt janvier j’ai pris l’avion de Seattle et que j’ai laissé dans l’auto de mon ex des trucs; qu’on s’est séparé en voyage et que moi je me suis acheté un nouveau billet d’avion et je suis revenu par Montréal au lieu de Seattle. Il me demande c’est quand ma dernière visite aux states, je lui dit que c’était à New York, en transit de Zurich vers Montréal. Là je commence à me dire que c’est compliquée mon histoire!! Et il me demande ce que j’ai en storage, je monte le ton un peu dans le but d’éviter plus de questions sur le sujet et je dis que c’est de l’équipement de camping. Erreur! Là il sort un petit papier jaune, sur lequel il se met à écrire des notes.. Il me demande si l’auto est à moi, je lui dit “oui je l’ai acheté il y a 2 heures”. Je me sens franchement ridicule, mon histoire ne se tient pas debout pourtant elle est véridique.. Lui il écrit encore plus de notes. Bref il colle le papier jaune sur mon pare-brise et me demande de me stationner sur le côté et d’aller attendre en ligne à l’intérieur. Ahh merde, ça va être long..

La dame qui continue l’interrogatoire est plus sympathique. Elle me pose beaucoup de question sur mon travail, fait une recherche sur internet pour confirmer le tout. Elle fouille mon auto; je me dis merde! Adam m’a dit qu’il ne fumait pas de drogue (le pot est très commun au BC, les pénalités en cas de possessions et de vente ne sont pas criminelles comme au québec; on vous donne une amende au lieu). J’espère qu’ils ne trouveront rien dans mon auto! Moi je l’ai pas inspecté. Certes le mécanicien l’a inspecté et j’ai vue le dessous de l’auto lorsqu’il était dans les airs sur le monte-charge.

Elle rentre de son inspection.. me fait venir au guichet, me dit que newcommerce.ca ne fonctionne pas mais qu’elle a trouvé plusieurs références à mon travail en tapant ‘Martin Legris’ sur google; et que ça a confirmé mes dires. Elle me rend mes clés et je repars. Ils m’auront fait perdre plus d’une heure les douaniers; et mon corps a faim!

À 20 minutes de la frontière je m’arrête manger et téléphoner à la compagnie d’entreposage nommée Sea-Tac Self Storage ou l’auto de Mina est entreposé; mon équipement de camping avec. Vous devez comprendre qu’à ce moment-là je n’ai pas d’endroit fixe pour habiter à Nelson et que je songe sérieusement faire du camping en ville en attendant la vente de ma moto. L’équipement de camping à l’intérieure de l’auto de mon ex est de top qualité, je peux dormir à -29 dehors sans problème; ce que j’ai déjà fait à plusieurs reprises (environ -20). Donc il est impératif que je mette la main dessus. De plus j’ai 2 vélos de montagne que je compte rappatrier au Québec, et j’aurai besoin du rac à vélo Thule.

Au téléphone je me butte à la ‘stupidité américaine’. La dame m’offre aucune flexibilité: le contrat est au nom de Margaret Palmer. Quelque soit l’histoire elle veut rien entendre. Je lui dit que des fois il faut plier les règles un peu, mais rien à faire. Je lui dit que j’ai fait 12 heures de route, que Mina a dû téléphoner.. rien à faire. Je lui dit qu’elle me reconnaîtra, puisque j’étais présent le 20 janvier lorsqu’on a laissé l’auto: rien à faire! Mina doit envoyer une permission écrite accompagné de la photocopie d’une carte d’identitée ou être présente. Mina est en THAILANDE MERDE!. Bref.. aux états-unis tout le monde a peur de se faire poursuivre.. et elle a peur que si je passe chercher les trucs (que je lui promet de décrire et qu’elle pourra aller chercher elle-même) Margaret Palmer traînera Sea-Tac en court pour 1 millions de dollars en dommages et intérêts! (j’exagère.. mais vous comprenez le scénario).

Bref, je fais demi-tour. Je me heurte à la douane canadienne, toutefois malgré que mon histoire ne tient pas plus debout qu’avant.. je lui raconte que les gens du storage m’ont pousser à rebrousser chemin et que j’ai passé une heure au plus aux states, il fouille mon coffre arrière et me laisse passer.. ouf. Je retrouve le chemin du garagiste, après quelques détours (je n’ai ni carte de vancouver ni expérience dans ce grand centre urbain) et il répare la fuite d’antigel. Et vers 5h30 je prends la route vers l’est en évitant le traffique par la 10. HA! Là je suis CLAQUÉ. FATIGUÉ; pas d’équipement de camping; rien.et j’ai l’impression d’avoir vécu une semaine à l’intérieur des derniers 24 heures! La route directe vers Nelson passe par l’autoroute 3, et sur la 3.. il n’y a pas grand chose.. des centaines de kilomètres de forêt montagneuse entrecoupé des traces de l’industrie forestière; Je décide d’arrêter à Chilliwack pour acheter de l’équipement de camping bon marché au Canadian Tire. Je compare les prix au Wallmart, mais les trucs du canadian tire sont mieux et je préfère donner l’argent au Canadian Tire qu’à Wallmart. Je conduis jusqu’à Hope, ou je m’arrête pour acheter de la nourriture pour les 36 prochaines heures. Je tombe sur un marché d’épicerie local, pas une chaîne et j’adore comment c’est le bordel là-dedans, comme tout est tassé et comme les gens sont sympathiques. Mon plan est de dormir à Manning Park, 50 kilomètres à l’est de Hope. J’arriverai à un terrain de camping en bordure de l’autoroute 3 à la tombé de la nuit. Il y a de la neige par endroits dans le terrain de camping, un ruisseau à fort débit coule près du terrain, et il fait froid. Je monte ma tente, je m’installe dans mon sac de couchage à 10$ et la doublure en polar à 24$ et le matelas auto-gonflant à 34$. J’espère qu’il fera pas trop froit, et j’ai confiance en ma combinaison de matos bon marché: le polar c’est efficace.. Je me demande pourquoi le camping est fermé; y-a-t’il des grizzlis dans le coin? Les printemps c’est pas la saison ou les ours sortent d’hibernation; le ventre vide depuis des mois et saute sur n’importe quel proie pour satisfaire leur appétit?

Suite dans le prochain épisode.. 🙂 J’espère terminer demain.. Désolé pour les fautes d’orthographe.. j’ai pas révisé aujourd’hui..

VOUS AIME!

Martin

Comments

Leave a Reply